Marketing militant : c’est quoi ? Comment l’adopter ?

Couverture de l'article : une image de manifestation avec le titre 'marketing militant' écrit par dessus.

Tu en as marre des « petits gestes » et des « chacun son rythme », alors que l’urgence écologique se fait ressentir avec de plus en plus de violence ? Tu veux mettre ton entreprise au service de la transition… De manière ambitieuse ? Bienvenue dans le monde du Marketing Militant.

Dans cet article de référence, je t’explique comment et pourquoi j’ai créé ce concept… Et surtout, comment l’appliquer.

Je te recommande de lire cet article sur ordinateur et de prendre des notes, car on va en profondeur dans le concept de marketing militant !

Marketing militant : c’est-à-dire ?

Pourquoi ce concept ? À l’origine : une urgence, une certitude, un collectif…

En juin 2022, j’ai organisé le sommet Objectif Communication Responsable. 600 personnes se sont inscrites. 600 personnes, prêtes à mettre leur visibilité au service de la transition.

Pourtant, seulement 1 mois après… J’ai voulu qu’on aille plus loin que la communication responsable. Plus d’ambition, pour plus d’impact.

Cet événement m’a prouvé au moins une chose : on est des centaines, et bien plus, à vouloir faire basculer les normes sociales.

  • 💪 On est des centaines, des milliers à vouloir construire un autre monde. À mettre notre vie professionnelle, jour après jour, au service de la transition écologique et sociale.
  • 💪 On est des centaines, des milliers à vouloir être des lanceur.euses d’alerte. À vouloir sensibiliser, transformer le quotidien de notre audience.
  • 💪 On est des centaines, des milliers à vouloir redonner le sourire aux internautes derrière leurs écrans, à recréer de l’espoir, à les faire rêver d’un avenir plus sobre, à leur prendre la main pour les accompagner dans leurs changements de vie.

Et je vais te dire une chose : on va le faire.

On va parler d’écologie, jusqu’à ce que ça fasse la une de tous les médias.

On va montrer nos bocaux en vrac, nos téléphones reconditionnés, nos voyages en train et à vélo, jusqu’à ce que les célébrités rêvent aussi de ce mode de vie.

On va questionner ces personnes qui font la gueule dans le métro, qui triment pour s’acheter le dernier iPhone, jusqu’à leur faire comprendre que c’est pas ça, la vie.

Cet article va t’y aider.

✅ À développer ton business en restant fidèle à tes valeurs.
✅ À trouver des clients et clientes que tu adores, sans renoncer à tes soirées jeux de société avec les gens que tu aimes.
✅ À faire connaître ton entreprise et parler de ce qui te tient à cœur, sans chercher à connaître le-dernier-hack-marketing-qui-va-te-faire-gagner-10 000€-par-mois.

Pour ça, je te présente un nouveau concept…
Le marketing militant.

🎯 Toi aussi, tu veux faire de ton marketing un outil de militantisme ? Tu veux contribuer à la transition écologique et sociale, tout en faisant grandir ton entreprise ? RDV dans ma newsletter bi-mensuelle : Marketing Militant.

Au programme : motivation de guerrier.ère et conseils vraiment impactants sur le marketing militant et l’entrepreneuriat slow.

Oui, on va concilier des termes qui semblent opposés… Parce que c’est de ça dont le monde a besoin. De nouveaux récits. De nouvelles portes ouvertes. De toi, de moi et de toutes les personnes abonnées à cette newsletter, prêtes à transmettre le message de la transition.

Concrètement, c’est quoi le marketing militant ?

Le marketing militant, c’est le fait…

  • d’utiliser les outils du marketing et de la communication
  • pour contribuer de manière ambitieuse
  • à la transition écologique et sociale (et toute cause urgente au 21e siècle)
  • tout en faisant grandir ton projet entrepreneurial, de manière résiliente (tu dois avoir des ressources durables pour continuer à communiquer !).

Alors, ça te parle ?

Rejoins le mouvement en t’engageant, auprès de toi-même, et de ton audience !

Ton défi : partage l’image ci-dessous ou un texte sur tes canaux de communication, pour affirmer haut et fort ton engagement.

La communication digitale face aux urgences écologiques et sociales… Ça fait le poids ?

Pendant les élections présidentielles de 2022, j’ai eu 2 prises de conscience…

  1. Les médias ne sont clairement pas à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux actuels. De même que la plupart des politiques.
  2. Heureusement… On n’a pas besoin du gouvernement pour mener la transition. Les changements partent “d’en bas” : de nous, citoyens et citoyennes. De nous, entrepreneurs, entrepreneuses et CEO d’entreprises d’avenir.

Le gouvernement n’est pas de notre côté.
Tant pis.
On fera sans lui.

La transition, on la fera quand même.

  • On créera des oasis, des éco-lieux autonomes pour expérimenter le vivre ensemble.
  • On essaimera l’agriculture urbaine aux quatre coins du pays.
  • On boycottera les entreprises de l’ancien monde, qui cherchent la croissance à tout prix.
  • On se réappropriera la ville, les espaces, au service du bien commun et de la biodiversité.
  • On tissera des réseaux de transition, de résistance, de soutien.
  • On vivra quotidiennement la solidarité, le partage, l’accueil des émotions.
  • On communiquera nos engagements, nos convictions, pour les répandre comme une trainée de poudre.

🌳 C’est nous qui faisons la transition.

Jour après jour. Avec notre quotidien. Avec nos partages. Avec nos entreprises et les messages qu’on véhicule.

Et vous savez quoi ? Je suis fière.

Parce qu’en étant entrepreneuse, en prenant la parole sur Internet… Je peux faire évoluer les normes sociales. Et vous aussi.

En montrant ce quotidien inspirant, différent et sobre, vous le normalisez. Vous le valorisez. Vous montrez que c’est ça la vie de rêve. C’est vivre ensemble, c’est être proche de la nature. C’est pas un CDI confortable qui nous permet d’aller au bout du monde pendant nos 5 semaines de congés.

Vous aussi, vous participez à faire une bascule sociale. Publication après publication. Article après article. Podcast après podcast.

👉 Le GIEC (2022) dit qu’il nous reste 3 ans pour baisser drastiquement nos émissions ?
On va les utiliser à bon escient.
Vous verrez.

2 leviers puissants des contenus en ligne

Découvre la version audio (et un peu plus approfondie) de ce paragraphe, et la version sous-titrée ici.

  1. Introduction – La communication pour contribuer à la transition écologique et sociale – Avec Bérénice Bieuville | OCR 2022 8:53

Je suis convaincue qu’ensemble, nous pouvons transformer l’approche désuète du marketing. Ensemble, nous pouvons transformer le web et les contenus qui y sont publiés.

Car je suis convaincue que :

  1. Ce qui est publié sur Internet influence (si ce n’est construit !) les normes sociales. En partageant notre quotidien sur Internet, on banalise certains comportements, voire on les présente comme un objectif à atteindre ! Et si, au lieu de banaliser l’avion jusqu’au bout du monde ou l’achat de nouveaux vêtements, on banalisait le potager urbain, le vélo ou le végétarisme ?
  2. Le contenu que l’on consomme façonne notre réalité, guide nos actions. Les publications en ligne sont destinées à créer des émotions pour nous faire passer à l’action, ou nous donner des conseils concrets pour transformer notre quotidien. Et si on faisait en sorte que ces transformations aillent dans le bon sens ?

Ce sont les deux axes par lesquels votre communication peut avoir un impact énorme dans la transition. L’évolution des normes sociales, et la création de nouveaux récits, nouveaux rêves, nouvelles réalités.

Les contenus en ligne, bien plus puissants que les médias pour sensibiliser

La création de contenu en ligne permet de créer un lien de confiance entre l’influenceur.se et son public. Or, on écoute et imite plus facilement une personne en qui on a confiance !

Ainsi, le marketing d’influence…

  • Influence nos rêves et objectifs. On s’identifie aux personnes qu’on suit en ligne, voire on les prend comme exemple, comme modèle. Leurs réussites deviennent nos rêves et objectifs, leur quotidien deviennent notre nouveau champ des possibles.
  • Facilite l’évolution des comportements. On reçoit plus facilement les conseils et recommandations d’une personne en qui on a confiance.
  • Favorise les prises de confiance, la sensibilisation. Ce qui est important pour les personnes qu’on admire, est important pour nous. Les internautes vont s’ouvrir plus facilement aux causes écologiques et sociales, si leurs créateur.rices préférées en parlent régulièrement, avec passion.

Des chiffres alarmants ou conseils écolos sont souvent mal reçus (voire reniés) lorsqu’ils émanent d’une structure officielle ou d’un média traditionnel, sans lien d’affection. Ce rejet s’atténue quand le message provient d’une personne de confiance… Comme les entreprises humaines qu’on suit sur les réseaux sociaux, par exemple !

Et ça, les marques le savent… 86 % des entreprises auraient une vision positive du marketing d’influence. 76 % des agences marketing observent une augmentation des demandes entre 2020 et 2022. (Source : Reech et ARPP, 2022)

Que retenir ?

En ayant une présence en ligne, en créant du contenu, on peut inspirer nos audiences, influencer leurs habitudes, créer des prises de conscience… On peut même devenir un modèle, un exemple, sur certains comportements. Alors, autant mettre cette puissante capacité au service du bien commun !

La communication est la fondation de votre impact positif

La communication est la fondation de votre impact positif.

  • Elle vous permet d’agrandir votre clientèle, donc de démocratiser vos produits et services engagés.
  • Et, plus largement, elle vous permet de sensibiliser aux causes qui vous tiennent à cœur et de créer de réels changements de société.

Oui, tous et toutes ensemble, on peut faire évoluer les normes sociales, on peut promouvoir de nouveaux rêves, donc on peut façonner de nouveaux modèles de sociétés. Tous et toutes ensemble, on peut réellement envahir le web de contenus engagés, prônant la sobriété, le vivre ensemble, l’inclusivité, le retour à la nature, l’agriculture urbaine, le zéro déchet… Et tant d’autres.

Militer dans mes contenus, ça me tente ! Je fais comment ?

Aller, on passe au plus important : comment faire, pour militer avec son marketing ? Je te partage 5 pistes à creuser.

À noter : ton business n’a pas à être étiqueté “écolo” pour faire du marketing militant. Au contraire : il faut aussi attirer des personnes pas encore sensibilisées et convaincues par l’urgence climatique. Ta cible est donc à définir dans ta stratégie de communication, pour que tu puisses y adapter tes messages, contenus et prises de position.

1. Armes égales, combats différents

Utilise des outils de sensibilisation à la hauteur des enjeux actuels. Oui, on peut utiliser les mêmes outils que les grosses entreprises, mais avec éthique. Pour la plupart des outils, en tout cas.

On a même la responsabilité d’utiliser ces outils… Pour arriver à la hauteur de ces initiatives visant la croissance à tout prix. Pour reprendre l’attention des internautes. Pour faire valoir notre message face aux mastodontes du capitalisme.

De quels outils parlons-nous ?

  • Une stratégie bien ficelée, capable de te faire vraiment gagner en visibilité. Ose utiliser des stratégies marketing pour influencer les comportements, au service de la transition.
  • Des plateformes largement utilisées, comme les réseaux sociaux. Certes, on essaye de ne pas dépendre exclusivement de Facebook ou LinkedIn… Mais, avoir une présence sur ces réseaux permet de ne pas laisser toute la place au capitalisme qu’on rejette.
  • Des outils de psychologie humaine. Là encore, on va tâcher de comprendre le cerveau humain, pour influencer les comportements dans la bonne direction. Quelques exemples ? Le storytelling pour générer des émotions, favoriser le passage à l’action et conserver l’attention. Faire appel à la norme sociale pour inciter des changements de comportements. Etc.

Autorise-toi à avoir de l’ambition. Sur ta visibilité, sur l’intensité de ton impact sur ton audience. Puis, autorise-toi à utiliser des méthodes à la hauteur de tes objectifs. C’est comme ça qu’on fera bouger les lignes !

Si tu sens des résistances, des blocages au niveau de l’éthique… Je t’invite à faire évoluer tes croyances sur le marketing. Une petite mise au point avec Thomas Burbidge :

Tu veux aller plus loin ? Pour te convaincre que le marketing peut être éthique, pour trouver des stratégies et outils concrets pour mettre ta communication au service des causes qui te tiennent à cœur… Découvre les replays de l’événement Objectif Communication Responsable.

2. Le format, comme militantisme implicite

Le format de tes contenus peut être du militantisme, plus ou moins implicite. L’idée est de changer les habitudes en ligne (ou dans le langage courant) par l’exemple. De combattre des stéréotypes en incarnant tes convictions.

Quelques exemples…

  • Utilise le langage inclusif, ou neutre. C’est important pour visibiliser, pour impliquer les femmes et les personnes ne s’identifiant pas au genre masculin.
  • Travaille l’accessibilité de tes contenus. Ainsi, tu les rendras plus attractifs, plus faciles à consommer… Et tu ne mettras pas en marge toute une partie de ton audience.
  • Raisonne l’utilisation de la vidéo, le format digital le plus gourmand en énergie (Source : The Shift Project, 2019). Favorise l’écrit ou l’audio… Et réserve la vidéo à des formats courts, des actions coups de poing ou des contenus à forte contribution écologique et sociale.

3. Les coulisses, créatrices de nouveaux récits

Le marketing militant, c’est aussi partager ses coulisses ! Il ne s’agit pas de te transformer en influenceur.se beauté… Mais en influenceur.se écolo, en quelque sorte 😉.

En tout cas, l’idée est de montrer ton mode de vie alternatif. Quel que soit ton niveau. Si tu incarnes tes valeurs écologiques et sociales : partage-les, valorise-les !

  • Les story Instagram sont un format parfait pour partager ces parenthèses de vie.
  • Pense également à la newsletter, ou d’autres contenus longs : le storytelling peut-être une base pour transmettre ton message principal, tout en banalisant tes habitudes engagées.

Bref : fais rêver de potager, de végétarisme, de tourisme local, de mobilité douce, d’achat d’occasion… Plutôt que de voyage au bout du monde et de consumérisme facile.

Les coulisses dépassent d’ailleurs ton quotidien : pense à partager les actions RSE de ton entreprise (et ce, quelle que soit sa taille).

Dans tous les cas, fais preuve de transparence et d’honnêteté : sur tes limites, ce qu’il te reste à faire, etc. L’idée est de rendre accessible la transition, de donner des idées d’engagement… Pas de montrer une perfection inatteignable ou de présenter une façade green(washing).

4. Les prises de position, ça fait toujours du bien

Ose prendre position. Ose affirmer des idées, qu’on pense trop souvent tout bas. C’est ça aussi, le militantisme : clamer haut et fort les idées qui fâchent !

Pour des élections, pour des sujets d’actualités brûlants : n’hésite pas à réagir et prendre la parole, même si ça sort un peu de ta ligne éditoriale. Pense bien à t’appuyer sur des sources fiables quand tes partages sortent de ton sujet d’expertise.

Même sur le dérèglement climatique : ose aller plus loin que les petits gestes, que la bienveillance qui pousse à l’inaction. Ose clamer avec gravité qu’il y a urgence. Qu’on a dépassé le temps de « chacun son rythme et tout ira bien ».

🎯 Tu as peur d’être trop « extrême » ? Alors, je voudrais te rappeler une chose…

Les extrêmes se définissent par rapport à une norme. L’extrême, c’est ce qui est très éloigné de la norme, donc des comportements et idées partagées par la majorité. Ce n’est pas mal en soi.
Si la norme manque de bon sens et conduit le monde à la catastrophe… On a besoin de déplacer cette norme.

Nous ne sommes pas extrêmes : nous écrivons une nouvelle norme. Nous dirigeons la norme vers plus de bon sens, d’écoresponsabilité. D’où l’importance de partager nos convictions, de montrer qu’on est nombreux et nombreuses à les partager…

Les extrêmes d’aujourd’hui deviendront l’évidence de demain.

Pour ne pas tomber dans les contenus alarmistes et désengageants (qui poussent à l’inaction,« à quoi bon ? »), cherche l’équilibre entre ces messages d’alerte, et le partage plus optimiste de tes coulisses ou de futurs souhaitables. Tu peux aussi permettre l’expression des émotions fortes liées à ces sujets : avoue que tu as peur ou que tu es en colère par exemple, pour que ton audience puisse déposer ces émotions à son tour.

5. L’important d’abord…

Enfin, dans tes actions, ne perds pas de vue l’important. Je ne te parle pas du chiffre d’affaires. Je ne te parle pas de la supposée réussite sociale. Au contraire : déplace le curseur de valorisation vers d’autres critères, bien plus importants… À savoir : le vivant.

  • Remettre l’humain au centre. Que ce soit par l’inclusivité, le respect de ton audience ou encore en partageant des objectifs de bien-être plutôt que de croissance monétaire.
  • Valoriser les besoins de la biodiversité et des écosystèmes. Avec des contenus de sensibilisation par exemple. Tu peux rappeler régulièrement le lien entre l’actualité et le réchauffement climatique – puisque les médias le masquent trop souvent. On parle de canicule, d’inondation ? Faisons le lien avec l’urgence écologique !

Alors, ça te parle, le marketing militant ? Tu vois ça comment, de ton côté ? Faisons de ce concept une action participative ! Envoyez-moi vos idées, vos ressentis ou même vos questions, par e-mail et commentaire. Et pour commencer sur le chemin du marketing militant : découvre les replays de l’événement Objectif Communication Responsable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *