Les étapes du Zéro Déchet, zéro culpabilité

Le zéro déchet, on s’en fait souvent toute une histoire.

« Zéro déchet ?? Quand je vois la taille de ma poubelle aujourd’hui, je n’y arriverai jamais ! Je ne fais même pas mes courses en vrac et je n’ai jamais acheté de vinaigre blanc… Tant pis, j’imagine que ça n’est pas pour moi, je verrais ça plus tard. »

Zéro, c’est vrai que ça fait peur. Surtout dans la société actuelle : qui peut prétendre ne produire aucun déchet ? Personne. Heureusement, le zéro déchet, ça n’est pas un objectif, juste un horizon ! Il ne faut pas le prendre au pied de la lettre mais le voir comme une opportunité de glaner quelques conseils pour réduire sa poubelle, déchet par déchet et surtout, à son rythme.

Aujourd’hui j’ai décidé d’écrire un article un peu différent. Cette fois, pas de publications scientifiques, pas d’études, pas de calculs. Simplement mon retour d’expérience, mes observations et mes conseils d’amie pour progresser lentement vers la diminution de ses déchets. Je vais vous présenter en toute simplicité les grandes étapes de mon parcours vers moins de déchets.

1      Prendre conscience du non-sens

On sait que le processus a commencé quand, un samedi comme un autre, à la caisse du supermarché, on se surprend à penser « Des emballages en plastique individuels, dans un sachet en plastique, lui-même transporté dans du carton…  non mais franchement, tous ces emballages c’est vraiment utile ? » ou alors à la machine à café « mais attend, cette touillette, c’est du pétrole, c’est des ressources, c’est de l’énergie, et je ne l’ai utilisé que 5 minutes ?! » et qu’on finit par en conclure « Je ne comprend pas. Ca n’a vraiment pas de sens de produire autant de déchet ». 

Oui, tout est soigneusement emballé une voire deux fois dans des emballages fait de ressources épuisables.
Image par Peggy CCI 

2      Se renseigner

Alors on attend une semaine ou deux, en se disant que ça va passer. Qu’on va revoir la même chose que tout le monde, c’est-à-dire juste des madeleines et pas des madeleines dans des sachets en plastique, juste du thé et pas du thé dans des sachets en papier. Mais maintenant qu’on a pris conscience de leur présence on ne peut plus s’empêcher d’y penser. De se demander « Est-ce qu’ils ont vraiment un impact négatif sur la planète ? Où finissent-ils tous ces déchets ? Est-ce que j’aurais pu les éviter ? » 

Et un beau jour on craque. On rentre chez soi, on allume son ordinateur, on ouvre google (ou Ecosia 😉 ) et on commence à faire des recherches. Magasin vrac près de chez soi. Recette de cookies fait maison mais aussi bon qu’en supermarché. Fonctionnement d’un incinérateur de déchets, d’un site de stockage. Et là on ne peut plus fermer les yeux : oui, les déchets finissent dans la nature même si on a l’impression qu’ils n’existent plus après avoir fermé le sac poubelle. Oui, les ressources manquent de plus en plus. Oui, les déchets qu’on voit dans notre poubelle ne sont pas les seuls qu’on produit. Oui, on peut éviter de produire tous ces déchets.

3      Analyser sa production, pièce par pièce

Alors on va jeter un œil à sa poubelle, pour voir ce qu’on y a mis. On va faire un tour dans la salle de bain, pour constater le nombre de produits emballés qu’on entasse. On réfléchit à son déjeuner de ce midi, une salade toute faite, emballée et engloutie en 5 mn. Et on soupire. Oui, il y a du boulot. On a envie de laisser tomber, de fermer les yeux sur tout ça. De demander aux autres « comment on fait pour ne plus y penser ? ». La vérité, c’est qu’on ne peut pas. Une fois qu’on a pris conscience, on ne peut qu’avancer. La bonne nouvelle, c’est que c’est pas si compliqué. Et que personne ne va nous fliquer, alors on peut y aller à son rythme.

Et si on commençait petit, en remplaçant son savon habituel par un savon solide ?
Image par Tomasz Mikołajczyk 

4      Trier et Simplifier

Ca, pour moi, c’est le cœur du zéro déchet : simplifier. Une fois qu’on a compris ça, c’est (presque) gagné. Une fois qu’on réalise qu’on n’a pas besoin de tout ce que la publicité essaye de nous vendre. On n’a pas besoin d’un produit ménager différent par surface, pas besoin d’une crème par soi-disant « défaut » de son corps, pas besoin de refaire sa garde-robe à chaque saison, pas besoin d’une industrie agroalimentaire pour nous faire à manger. Alors on revient à l’essentiel, aux méthodes de grands-mères comme on dit. Tout simplement. Le Zéro déchet, c’est une réflexion avant chaque achat. Est-ce que j’en ai vraiment besoin ou est-ce que ça va juste m’encombrer ?

Toujours pratiquer la méthode BISOU avant d’acheter !

5      Ralentir et faire maison 

Une fois qu’on ne perd plus de temps à choisir ses produits dans les rayons du supermarché ou à faire les soldes à chaque saison, on peut s’accorder un peu de temps pour faire maison, se faire du bien à soi et sa planète. Faire la cuisine principalement, mais aussi ses produits ménagers si l’on veut. Sinon, on peut trouver de bons produits en magasin vrac, et cela ne fait pas de nous un mauvais adepte du zéro déchet ! On peut prendre le temps de réparer, ou faire réparer, d’acheter d’occasion. Prendre le temps de trouver l’objet qui nous convient plutôt que de sauter sur un achat compulsif à la première réduction. On peut même se découvrir un nouveau passe-temps, en faisant soi-même ses chaussettes tricotées ou ses sacs à vrac à la machine à coudre. Sans obligation, encore une fois.

En fait, cela revient à changer de paradigme. Passer du « tout, tout de suite » à « l’essentiel, au bon moment »

Le zéro déchet s’adapte à chacun de nous. Il s’agit de découvrir, avec curiosité, des recettes ou des astuces du zéro déchet, partager ses expériences, rencontrer de nouvelles personnes ou faire vivre des associations locales.

Le bocal en verre, un indispensable du Zéro Déchet
Image par Tluke

6      Suivre sa progression et se féliciter

Surtout, surtout, il faut se féliciter de chaque déchet évité. Ne pas s’obstiner sur les déchets restant mais constater ses progrès. Se féliciter de chaque test, qu’il soit réussi ou raté. De chaque découverte, de chaque pas. Voir sa poubelle diminuer, petit à petit. Mais ne pas espérer arriver à zéro, garder en tête que le zéro déchet, ça ne reste qu’un horizon. Un nouvel état d’esprit.

7      Trouver la démarche géniale

Et le faire savoir au monde entier (en commençant par sa famille 😉 ) !

Quand on est à l’aise sur le sujet (ou même avant si on en a envie) on peut faire découvrir tout cela à son entourage, sensibiliser les autres aux impacts des déchets et les amener, lentement, à suivre la même démarche !

Et vous, où en êtes-vous dans le processus de réduction des déchets ? Quelles sont ou quelles ont été les grandes étapes ? Qu’est-ce qui vous bloque ? N’hésitez pas à partager en commentaire !

7 commentaires sur “Les étapes du Zéro Déchet, zéro culpabilité

Ajouter un commentaire

  1. Je le suis, à mon rythme et à ma façon. Je fais attention à la provenance de ce que j’achète, je privilégie la France et l’Europe. Il y a quelques petites choses que j’achète en vrac mais pour le moment je ne joue pas à la chimiste pour faire mon ménage ou mes produits de beauté. Peut-être qu’un jour ça viendra.

    J'aime

    1. Bravo ! 😊 Tout cela devient peu à peu des évidences et permet de progresser pas à pas!
      Il n’y a pas forcément besoin de jouer à la chimiste, parfois il faut revenir au plus simple ça marche tout aussi bien : par exemple, juste du savon de Marseille pour la vaisselle, juste une huile végétale pour le visage…
      Bonne continuation et merci pour ton commentaire ! 🙏

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :